PROVERBES SENEGALAIS (et Africains)

Qui veut passer inaperçu ne doit pas éternuer
quand on peut se pencher facilement, il est difficile de ramasser
Que celui qui n'a pas traversé ne se moque pas de celui qui s'est noyé.
Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits.
Le vieil éléphant sait où trouver de l'eau.
Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens.
Au bout de la patience, il y a le ciel.
La langue qui fourche fait plus de mal que le pied qui trébuche.
L'erreur n'annule pas la valeur de l'effort accompli.
Un veillard qui meurt, c'est comme une bibliothèque qui brûle.
On est plus le fils de son époque que le fils de son père.
Ce qui est plus fort que l'éléphant, c'est la brousse.
Pour qu'un enfant grandisse, il faut tout un village.
C'est au bout de la vieille corde qu'on tisse la nouvelle.
On tarde à grandir, on ne tarde pas à mourir.
Une pirogue n'est jamais trop grande pour chavirer.
C'est celui qui n'a jamais exercé qui trouve que le pouvoir n'est pas plaisant.
Au chef, il faut des hommes et aux hommes, un chef.
Le feu qui te brûlera, c'est celui auquel tu te chauffes.
Dieu n'a fait qu'ébaucher l'homme, c'est sur terre que chacun se crée.
Le borgne n'a qu'un oeil, mais il pleure quand même.
Quand on a mangé salé, on ne peut plus manger sans sel.
Si tu as de nombreuses richesses donne ton bien ; si tu possède peu, donne ton coeur.
L'eau chaude n'oublie pas qu'elle a été froide.
La figue ne tombe jamais en plein dans la bouche.
Ce n'est pas à toute oreille percée que l'on met des anneaux d'or.
Le léopard ne se déplace pas sans ses taches.
Ne te lasse pas de crier ta joie d'être en vie et tu n'entendras plus d'autres cris.
L'homme a inventé la montre, mais Dieu a inventé le temps.
Tout a une fin, sauf la banane qui en a deux.
Bouche de miel, coeur de fiel.
Il faut façonner l'argile pendant qu'elle est molle.
Celui qui se lève tôt, ne voit pas le lézard se brosser les dents.
Qui nage dans le sens du courant fait rire les crocodiles.
Peu importe la direction du vent, le soleil va toujours ou il doit aller
On n'est pas orphelin d'avoir perdu père et mère, mais d'avoir perdu l'espoir.
L'étranger te permet d'être toi-même, en faisant, de toi, un étranger.
Un silence vaut 25 réponses
Le sang est plus épais que l'eau
Un homme qui se noie s'agrippe à l'eau
Le drapeau suit la direction du vent
Suivez les abeilles et vous mangerez le miel
Un ami dans le besoin est un véritable ami
Un sorcier ne se guérit pas lui-même
Trop de plaisanterie amène la querelle
La reconnaissance d'un âne est un coup de pied
Les nuages sont le présage de la pluie
Un poisson qui pourrit et tous sont pourris
Si tu peux marcher, tu peux danser. Si tu peux parler, tu peux chanter...
Quand le lion aura son propre historien, l'histoire ne sera plus écrite par le chasseur
Aller doucement n'empêche pas d'arriver
La douleur est comme le riz dans un dépôt: si chaque jour on en prend un panier, à la fin il n'y en a plus
Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.
Ne brandis pas dans l'air le serpent que tu as tué, les autres serpents te guettent.
Il n'y a pas de plus grand bonheur que la venue d'un hôte dans la paix et l'amitié.
Si tu supportes la fumée, tu te réchaufferas avec la braise.
Un acacia ne tombe pas à la volonté d'une chèvre maigre qui convoite ses fruits.
Si un petit arbre est sorti de terre sous un baobab, il meurt arbrisseau.
L'éléphant meurt, mais ses défenses demeurent.
Ne pile pas ton mil avec une banane mûre.
Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps.
Ce n'est pas parce que la hyène a mauvaise haleine qu'il faut lui interdire de bailler
Quand un homme est lié avec une corde, tôt ou tard il la rompt
Là où le coeur est, les pieds n'hésitent pas à y aller
Il n'y a pas la place pour plusieurs crocodiles dans le même marigot.
Quand le singe voit un beau fruit dans l'arbre et qu'il ne peut s'en saisir, alors le singe dit que le fruit est pourri
Le boeuf ne se vante pas de sa force devant l'éléphant.
Quand tu marches, le pagne dure; quand tu es assis, le pagne s'use
La banane qui doit mûrir finira bien par mûrir.
Quand on enterre un cadavre, on ne laisse pas ses pieds dehors.
La poule n'a jamais honte de son poulailler.
La chèvre mange là où elle est attachée
Quand les éléphants se battent c'est toujours l'herbe qui est écrasée...
Qui dit bonjour madame, dit au revoir l'argent
Le chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut emprunter deux chemins à la fois
Traverse la rivière avant d'insulter le crocodile
Le grillon tient dans le creux de la main, mais on l'entend dans toute la prairie
Le chien perdu n'entend pas le sifflet de son maitre
On n'achète pas un bijou non depouille de son emballage
Celui qui demande qu'on lui répète, n'est pas forcement sourd
Trop de sel gâte la sauce
Quand ça domine ça, le monde devient ça
La main de celui qui demande est toujours en dessous de celle de celui à qui il demande
Le ventre affamé n'a pas d'oreilles
Quand on a rien à dire il vaut mieux se taire
Ce n'est pas parce que c'est dur que l'on ose pas, mais c'est parce que l'on ose pas que c'est dur
C'est en remuant l'herbe que l'on prend des grillons
Lentement se courbe la banane.
Qui avale une noix de coco, fait confiance en son anus.
Quelle que soit la maigreur de l'éléphant, ses couilles remplissent toujours la marmite.
L'oreille n'est jamais plus grande que la tête.
L'éléphant ne peut pas courir et se gratter les fesses en même temps.
On n'écrase pas deux fois les testicules d'un aveugle.
Là où la hache va, c'est pour couper du bois .
On ne peut pas tresser la tête d'un absent.
Le lézard fait beaucoup de pompages , mais il n'a jamais eu des biceps.
La mouche a beau voler, elle ne deviendra jamais un oiseau...
Quand on coupe les oreilles, le cou s'inquiète.
Un tronc d'arbre a beau séjourner dans le fleuve, il ne se transformera jamais en crocodile!
Même si le gnou mange l'herbe, elle continue de pousser.
Les poules ne frayent pas avec les cafards.
Un pet qui se prolonge peut entrainer une vraie chiasse.
Un grain de maïs a toujours tort devant une poule.
Un seul doigt ne peut prendre un caillou
Ne jette pas la provision d'eau de ta jarre parce que la pluie s'annonce.
Qui va travailler pour le chien, devra accepter le plat d'excréments qui lui sera servi.
Le fleuve fait des détours parce que personne ne lui montre le chemin
La route ne donne pas de renseignements au voyageur
Le serpent dit : je grimpe sur un arbre et je n'ai pas de bras
Toi dans la forêt, moi dans la forêt, et tu me demandes où est le soleil ?
Si la personne partie puiser l'eau n'est pas de retour, c'est que les calebasses ne sont pas encore remplies
Quand on n'a qu'une lance, on ne doit pas s'en servir contre un léopard
Le gecko, même gros, n'atteint pas le lézard
une seule main ne suffit pas pour applaudir, il en faut au moins deux.
celui qui mange une noix de coco fait confiance à son anus.
La main ouverte ne donne pas de coups de griffes
Celui qui a mal à la jambe ne danse pas
Si on ne parle pas de toi, tu ne mourras pas
Le petit singe a une longue queue, c'est qu'il l'a reçue de son père et
de sa mère
'étranger est un abcès, le voisin une verrue
"Celui qui parle, oublie
Une canne est belle dans la main d'un autre
A courir, on ne diminue pas la distance
Là où il y a un vieillard, aucune pirogue ne va à la dérive
Converser, c'est s'enrichir
Une case n'est pas faite pour amasser des marchandises, mais pour y
coucher
Vieille femme, calebasse usée
Cela arrive à tout le monde de s'accroupir"
Le fromager périt des trous d'insectes
On ne prépare pas un séchoir avant d'avoir tué l'éléphant
Alors que ta jambe brûle, tu te demandes d'où vient l'odeur
Avant de médire, tourne-toi pour regarder derrière toi
Celui qui n'a jamais lutté est fort à la lutte
La religion d'un homme est dans son coeur
Le lion en chasse ne rugit pas
Le puissant ne se hâte pas
Le savon ne se lave pas lui même
Ne regarde pas l'endroit où tu es tombé, regarde plutôt l'endroit où tu t'es cogné
Nous ne sommes que deux et tu veux courir au milieu
Quand le chat n'a pas faim, il dit que le derrière de la souris pue!
Si quelqu'un t'a mordu, il t'a rappelé que tu as des dents
Si tu incendies et la brousse et la plaine, où iras tu habiter?
Si tu ne changes pas de place, tu ne peux pas savoir quel endroit est agréable
Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps
Une visite fait toujours plaisir. Si ce n'est à l'arrivée, c'est au départ !
Vache qui court se nourrit peu
Lorsque la chèvre est présente, il est inutile de bêler à sa place
si tu incendies et la brousse et la plaine où iras-tu habiter
Les mains qui donnent se croisent.
Les grains de sorgho cuits, là où on s'entend bien, se mangent avec une épine
Celui qui a un gros ventre n'a pas d'amis.
Quand on est en paix, la serpette sert de rasoir
L'oeil du maître engraisse le cheval.
Il vaut mieux aller à la rencontre du roi que de l'accompagner.
On ne frappe pas un chien dans les jambes de son maître.
L'avare gratte la pierre avec les ongles.
Le crocodile sort du fleuve et lèche la rosée.
Ceux qui ont des dents rient
Là où on trouve du son, les oiseaux ne manquent pas.
On conserve une motte de beurre quand on en a une autre.
Le roi d'un homme, c'est son âme.
L'éléphant ne se fatigue pas de sa trompe.
Le chat sauvage, en imitant l'éléphant, se déchire l'anus.
Dieu s'appuie sur toi-même pour t'aider.
Celui qui reçoit de Dieu présente les deux paumes.
Il ne fait jamais nuit là où l'on s'aime.
Colère de mère ne passe jamais la nuit.
Le corbeau ne réussit pas là où la buse échoue
Le sorgho a beau grandir, il ne dépasse jamais la pointe de l'épi.
L'arbre coupé est tout entier exposé au soleil
Il faut protéger la peau du lion contre les rats
Le ver de terre, à force de se traîner, arrive au marigot.
Sur l'oeil, on se gratte doucement.
Celui qui cuit des haricots n'écarquille pas les yeux.
La parole qui sort de la bouche, passe vite les montagnes.
Ce que tu as dans le coeur se répand sur la langue.
La parole qui est toujours dans la bouche devient de la bave.
La parole de la sagesse sort de la molaire
Quand on est repu, on oubli de fermer la porte.
L'habitude tue la perdrix
Il ne fait pas nuit jusqu'au printemps.
Tous les coqs qui chantent ont d'abord été des oeufs.
L'intelligence d'un seul est un panier percé.
Si tu plantes trop près de la rivière, attends-toi à voir tes champs ravagés par l'hippopotame.
Qui donne au pauvre cause avec lui.
La langue est la civière de son maître.
Ce n'est pas le repos qui réduit la distance, mais la marche.
A force de voyager, on trouve un compagnon.
L'autorité, comme la peau des lions et des léopards, est pleine de trous.
L'autorité échappe comme la queue d'un rat qui reste dans les mains.
Quand un chef boîte, tous les sujets boitent derrière lui.
Le singe que le vent a fait choir, se tient mieux aux branches.
On n'apprend pas à nager à un poisson.
Le remède du froid, c'est le feu; le remède de la tristesse, c'est la bonté.
La case de celui qu'on aime n'est jamais loin.
L'épervier mort, les poules reprennent leurs caquets.
Si tu veux te plaindre d'un chef, attends d'avoir franchi la frontière de son territoire.
L'amitié est une trace qui disparaît dans le sable si on ne la refait pas sans cesse.
Les vaches se lèchent parce qu'elles se connaissent.
La houe qui sarcle l'amitié, c'est le pied
L'oeil de celui qui t'aime te pleure même s'il est crevé.
Celui qui a du bien ne manque pas de celui des autres.
Si tu frappes le chien, tu frappes le maître.
Le roi chéri de l'homme c'est son coeur.
L'oiseau qui ne vole pas ne sait pas où l'éleusine est mûre.
Ceux qui tiennent conseil, Dieu va les rejoindre.
Le précipice de Dieu vaut mieux que la plaine de notre oeil.
Si tu pries Dieu en restant près de l'âtre, il te couvre de cendres
Même si Dieu veille sur ton troupeau, aie soin de le confier à un berger.
Le petit aigle huppé naît avec une huppe.
Si tu y mets le temps, tu cuits un éléphant dans un pot.
L'aube se cherche de quoi manger
Ce qui réjouit la femme qui écrase le sorgho se trouve sous le galet qui broie.
Les pieds se précèdent pour avancer.
Sarcle tous les sorghos, tu ignores celui qui mûrira et celui qui restera stérile.
Qui a sagesse dépasse qui a savoir.
La hache abat, la serpette taille
L'homme, c'est la réciprocité.
Pas de crêtes sans vent
Les défauts ne partent pas en voyage, on les laisse chez soi.
Les gens de demain comptent sur les choses de demain.
L'oiseau chante la louange de l'endroit où il a passé la saison chaude.
Quand le chat est repu, il dit que le derrière de la souris pue.
La méchanceté est un lion qui se jette d'abord sur son maître.
Le querelleur est comme le départ du borgne dans la nuit.
Le vent fait entrer dans le trou ce qu'il ne pourra plus en faire sortir
Si longue que soit la nuit, le jour viendra.
Si la parole est malade, que les oreilles soient bien portantes
Poussière aux pieds vaut mieux que poussière au derrière.
L'initiation commence dans le parc et finit dans la tombe.
Dieu a autre chose que du feuillage pour faire cuire avec le couscous.
Les hautes herbes peuvent avaler les pintades mais elles ne peuvent pas étouffer leur cri
Tout ce qui arrive dans le haut pays sera connu dans la vallée.
Si un poisson a goûté du miel, c'est que la ménagère en avait laissé dans les calebasses
Le cadeau n'a pas de côté ( l'amitié est réciproque ).
Entre l'igname et la pelure, il n'y a pas de frontière.
Celui qui te donne du poisson à la saison des hautes eaux
L'épaule ne dépasse pas la tête.
Quand l'escargot rampe il entraîne avec lui sa coquille.
Le chemin à travers la forêt n'est long que si l'on n'aime pas la personne que l'on va visiter.
Ceux qui s'aiment se reconnaissent toujours au coup d'oeil.
Si l'amour était comme un bébé on le prendrait sur les genoux.
La souche d'un jeune palmier ne porte pas encore de barbe.
On ne devient pas grand en s'étirant.
Dire au feu, n'incendie pas la case.
Si l'on coupe du bois dans la forêt, l'écho le répète.
Plutôt que de regarder derrière l'arbre abattu, cueille les champignons.
La sagesse n'a pas qu'une seule maison.
Le malheur n'a pas de rendez-vous.
Une vieille ne court que si une chèvre mange son paquet.
Le singe ne manque jamais le chemin
Qui remet à demain, trouvera un malheur en chemin.
Si celui qui a glané des haricots dans un champ peut faire de gros pets, à plus forte raison, le maître du champ.
Le mil séparé de l'épi n'accepte pas d'être mis en gerbe.
Si une aiguille est tombée dans un puits, ceux qui regardent le fond sont plus nombreux que ceux qui descendent.
Une parole est comme l'eau qui coule, elle ne se ramasse pas avec les doigts.
Celui qui veut le charbon supporte la fumée.
Celui qui est impatient d'avoir un enfant épouse un femme enceinte.
L'enfant ne revient pas, il vient
Celui qui est de haute taille ne se dresse pas sur la pointe des pieds en allongeant les bras.
Les vérités sont comme les tâches de la pintade
Une parole, mûrie dans le ventre, on trouve qu'elle est grasse quand elle sort.
Les souris de l'avare sont plus grasses que lui.
Si tu veux donner la royauté à l'hyne, permets à ceux qui la connaissent de s'éloigner d'elle.
Si le petit coq abandonne le chemin de ses pères, les pousses de chiendent lui percent la poitrine.
Un seul âne a mangé de la farine et tous en ont le museau blanchi.
Si quelque chose ne passe pas à travers les fines mailles du filet, dits-toi que l'aiguille qui les a crochetées y a passé.
Celui qui est plus habile que toi t'achète pour un chien.
Si bien aiguisé que soit un couteau, il ne racle pas son propre manche.
La parole de l'homme puissant est vérité.
Plutôt que d'allumer une lampe pour un aveugle, mets le beurre de karité dans les haricots
Dieu est le pourvoyeur du vautour aveugle.
Si la vieillesse empêche le chasseur de chasser, il ne lui reste plus qu'à parler de ses exploits passés.
Le mensonge, en route depuis dix ans, la vérité le rejoint en une matinée de marche.
L'herbe sèche fait brûler l'herbe humide
Se mettre en travers du soleil ne l'empêche pas d'aller se coucher.
On ne peut arrêter la mer avec les bras.
Si l'impatience et la précipitation font ensembles des enfants, le repentir trouvera parmi eux un homonyme.
Le remède de l'homme, c'est l'homme.
L'individu disparaît, la famille continue.
L'homme meurt, son nom demeure.
Ne vous allongez pas en boa, contentez-vous d'être vipère.
Ce n'est pas la couleur qui fait la noix de palme.
C'est le tuteur de l'héritier qui connaît la valeur de l'héritage.
Il n'y a pas de cachette à la surface de l'eau.
Quand le léopard s'en va, les chacals élèvent la voix.
Le lion mort, c'est la fête des léopards.
Le chef de village doit ignorer les histoires de revenants.
Ton père a vu les fourmis avant toi.
L'éducation de l'honnête homme commence quand il n'a qu'un petit chiffon pour pagne.
Si le ventre a de quoi manger, c'est que les pieds ont bougé.
Vienne le temps de la moisson, le paresseux commence à réfléchir.
Quand tu fais des folies, n'oublie pas la présence du gouffre.
Si le léopard mange des feuilles, c'est que vraiment il n'y a pas de gibier.
L'égalité n'est pas agréable, la supériorité est encore plus pénible.
Quand on est noyau, il faut s'attendre à être écrasé sous la pierre.
Si l'herbe a bougé, c'est que quelque chose l'a frôlée.
Tu vas à la fête le pied léger, tu en reviens le pas lourd.
Le cancrelat te dévore en soufflant sur ta plaie
Seules les leçons apprises dans la douleur ne s'oublient jamais.
Il n'y a pas d'eau pour éteindre le foyer de la colère.
Pour mener à bonne fin la construction de ta maison, refuse toute autre occupation.
Mieux vaut aujourd'hui un caleçon que demain un pantalon.
Celui qui se donne la peine de se courber ne se relève pas avec rien.
On n'apprend pas son chemin au vieux gorille.
La langue est comme la cuiller à pot: on s'en sert pour lier les sauces et pour frapper les chiens.
L'oiseau qui n'a jamais quitté son tronc d'arbre ne peut savoir qu'ailleurs il y a du millet.
Si tu veux du manioc, ne regarde pas le sommet de l'arbre.
Les papillons sucent les cannes à sucre et fuient le piment.
La vie est lente à venir, la mort est soudaine.
Si vous aimez le chien, il faut bien supporter ses puces.
Les dents de lait tombent, l'enfance demeure.
Tous ceux qui errent ne sont pas perdus...
Les champignons ne poussent pas aussitôt l'arbre tombé.
Avoir vu une forêt, ce n'est pas l'avoir pénétrée.
Un homme sage, c'est une calebasse pleine.
L'homme peut se tromper sur sa part de nourriture, il ne peut se tromper sur sa part de parole.
L'hyène à beau prier jour et nuit, les chevrettes ne s'y fient pas pour autant.
Le taret perce l'aloé ( l'aloé est un bois très dur ).
Le gecko, même gros, n'atteint pas le lézard.
Si tu as allumé le feu dans la brousse, ne t'étonne pas si les éperviers viennent
Si tu as une plaie à la tête, ne transporte pas de l'eau salée.
Le zèbre ne se défait pas de ses zébrures l'écorce d'un arbre n'adhère pas à un autre arbre.
La vie est une branche de palmier que les vents inclinent à leur gré.
Les Fang ont été présentés en rubrique "prière Fang".
Celui qui ne cherche pas de quoi vivre meurt sans maladie.
Si l'eau te manque pour te baigner, lave-toi la figure.
Les yeux du chef ne mangent pas les hommes.
Le rônier ne parle pas sans cause
Tous ceux qui errent ne sont pas perdus...
Quand le dos te démange, ne te gratte pas la poitrine.
Grand trône n'est pas grand roi.
C'est au bout de la vieille corde qu'on tisse la nouvelle.
Quand la bouche est pleine, la barbe reçoit des miettes.
La barbe ne conte pas de vieilles histoires aux cils.
C'est avec l'eau du corps qu'on tire celle du puits.
L'homme sincère achète un cheval avant de dire la vérité.
Le mensonge peut courir un an, en un jour la vérité le rattrape.

Si vous en connaissez d'autres, n'hésitez pas à me les communiquer, je les ajouterai!

RETOUR INDEX